mercredi 24 décembre 2014

Le sol et la société

La rente foncière , par Peter Blaser (sept. 1980)
Un essai pour montrer ses conséquences sous les actuelles relations de droit. L'agriculture et sa responsabilité dans l'organisation de la société.

Cet essai, tiré du mensuel « Beiträge » (Contributions) à la promotion de la méthode agricole biologique dynamique en Suisse du 1er septembre 1980,  est un des rares sur la rente foncière dans la littérature secondaire de triarticulation. L’auteur était agriculteur dans la vallée de l’Emmenthal en Suisse, et biodynamiste très actif.
Je lui dois, l’espace d’une rencontre, une image vivante de ce qu’a pu être l’humanité et l’autonomie du citoyen suisse libre et anthroposophe.
Français, nous oublions trop souvent qu’à nos portes, alors que nous n’en étions qu’aux Lumières, et aux prémisses de la Révolution qui fait encore et toujours notre fierté, se tenait déjà le petit peuple suisse des cantons et des montagnes, pour accueillir ceux que notre pouvoir central poursuivait.

Ainsi, exhumer cet essai, en ces temps de « revenu de base inconditionnel » qui pourrait bien nous faire croire à bon compte qu’il suffirait de voter pour changer notre monde, pose au moins la question de l’échelle, du lieu social, des conditions, bref du lien terrestre pour un tel projet. L’auteur semble même dire que nous pourrions commencer. Il unit encore clairement l’impulsion agricole de R. Steiner à son impulsion sociale de triarticulation. Il a encore une notion, loin du narcissisme écologique aujourd’hui, de la place réelle qu’a et devrait consciemment avoir l’agriculture au sein de l’organisme social d’ensemble. Cela rend malheureusement la lecture ardue même au lecteur germanophone dont la culture en la matière tend malheureusement aussi à se dissiper sous l’injonction à une toujours plus grande « qualité » de vie. Et c’est donc un gros et engageant travail qui attendrait le lecteur francophone s’il voulait vraiment en avoir le cœur net. Notre version francophone du site est alors là pour lui. Particulièrement les pages thématiques :
La rente foncière
La question du foncier
 Revenu de base ?
et par la suite L'agriculture, au regard de la vie sociale et économique, appelée à se compléter des passages déjà mentionnés et d'autres.


Malgré de nombreuses reprises de la traduction, je ne la considère pas comme achevée même si la reprenant après une année d’autres études sur le thème, je peux enfin dire qu’elle arrive à une certaine maturité. Le propos de l’auteur est dense et d’un grand intérêt.
Bon Noël.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire